Les principes du projet de restauration en schémas

Les travaux ont d'ores et déjà débuté au sud du lac afin de restaurer les roselières, réduire très fortement les plantes invasives et restaurer des parties semi-aquatiques (pour plus d'informations, consultez notre article "Pourquoi restaurer les roselières ? L'état des lieux avant les travaux...").

Restauration des roselières

Les différentes étapes des travaux :

  • Débroussaillage manuel des parties aériennes (tiges sèches de renouées, arbustes).

  • Terrassements des matériaux contaminés par la renouée du Japon (jusqu'à 50cm de profondeur) et mise en stock provisoire.

  • Terrassement en déblais des matériaux sains entre les profondeurs de -50 cm et -1.30m. Mise en stock provisoire.

  • Remblai des fouilles avec les matériaux contaminés (sous le niveau de l'eau).

  • Remblai avec une partie des matériaux sains jusqu'à -30/-40 cm (pour permettre la mise en eau nécessaire au développement des roselières).

  • Évacuation de l'excédent de matériaux sains.

Ce protocole permet d'enfouir les rhizomes de renouée et de provoquer leur décomposition, évitant tout risque de contamination ainsi qu'un coût important liés à l'exportation.


Ce protocole, déjà expérimenté sur des petites surfaces (sur ce site ainsi que sur le site des Lagneux, commune de Yenne), a montré des résultats concluants (bonne éradication des renouées asiatiques).

Ici, la surface est plus importante et ces travaux permettront ainsi d'éprouver le protocole à plus grande échelle.


Retour vers la page d'accueil

Mots-clés :

Posts Récents