Des travaux en pas "Japonais"

Plusieurs interventions sur les milieux annexes du canal ou à proximité de ce dernier visent à favoriser les populations de Cistude.


Il s’agit d’adoucir des berges trop abruptes, de tailler ou enlever certains arbres pour favoriser la végétation aquatique, de garantir des espaces de tranquillité (maîtrise foncière, piquets empêchant la pénétration d’embarcations), ou encore de maintenir, par la fauche, des terrains avec une végétation herbacée et courte.

Chacun de ces travaux s’accompagne, préalablement et si besoin, d’une animation foncière ou d’étude de faisabilité ; tous tendent à offrir à l’espèce des conditions de vie et de reproduction optimales : s’exposer régulièrement et suffisamment à la chaleur solaire nécessaire à toutes ses activités, trouver sa nourriture, trouver des lieux de ponte favorables, hiverner.


Une étude sur la mobilité et la mortalité de la petite faune (cistudes, mais aussi grenouilles, couleuvres, petits mammifères aquatiques, rongeurs terrestres…) traversant la route départementale entre Portout et Châtillon (D914) est programmée : c’est le 7ème « pas japonais ». Cette étude vise à examiner l’intérêt de réaliser un passage sécurisé sous la route, et ainsi d’améliorer le corridor biologique (voie de déplacement des animaux) entre le lac du Bourget et le Haut-Rhône.

Reliant le lac du Bourget au fleuve Rhône, le cle canal de Savièresanal de Savières forme aussi un véritable « c« corridororridor écécologique » ologique » pour tout un ensemble de ffaune amphibieaune amphibie, telle que la Cistude.
Plusieurs interventions sur les milieux annexes du canal ou à proximité de ce dernier visent à favoriser les populations de Cistude.

Posts Récents